Xbox Adaptive Controller : les joueurs en situation de handicap donnent leur avis

Le 18 mai dernier, Xbox présentait le Xbox Adaptive Controller, un périphérique d’un nouveau genre, supposé faciliter la vie des joueurs atteints d’handicap. Une initiative saluée par l’industrie, les joueurs et forcément, par les premiers concernés. Mais que vaut-il vraiment ? Quatre mois après la sortie du « XAC », comme on l’appelle maintenant, nous avons cherché à savoir ce qu’en pensent les handis et s’il rend vraiment le jeu vidéo plus accessible.

C’est un sujet que nous abordions il y a un an, presque jour pour jour. Le jeu vidéo continue de représenter un véritable défi pour celles et ceux qui souffrent d’un handicap quelconque, qu’il soit physique ou mental. Mais les choses commencent à évoluer doucement. Et plus particulièrement depuis que l’un des acteurs principaux de l’industrie, Xbox, a braqué son projecteur sur cet épineux problème. En annonçant le Xbox Adaptive Controller, Phil Spencer et ses troupes ont braqué leur énorme projecteur vers un sujet qui souffrait jusque là d’un manque global de visibilité, de compréhension. De quoi faire avancer les choses, mais encore fallait-il que les premières vraies tentatives ne passent pas à côté de leur sujet. Bonne nouvelle, avec son XAC, Microsoft tape en plein dans le mille. Ou presque.

« Ça rend la console accessible, et elle ne l’était pas »

Comme nous l’a indiqué Stéphane Laurent, éducateur spécialisé et membre de l’association Capgame, les consoles de salon ont toujours représenté une sorte de terre sainte hors de la portée des joueurs handicapés. Plus faciles à utiliser qu’un ordinateur, elles sont toutefois beaucoup plus fermées ; en définitive, de nombreux « handis » préfèrent le jeu sur PC, sur lequel de nombreuses solutions existent, grâce à de nombreux logiciels d’assistance ou la compatibilité d’accessoires plus adaptés. Le Xbox Adaptive Controller met fin à ce cloisonnement, explique Laurent.

Ce que ça apporte concrètement, c’est que tout ce qu’on pouvait faire sur PC jusque là, on arrive à le ramener plus ou moins sur consoles. Et comme la console reste quand même la méthode la plus accessible de jouer, parce qu’il n’y a pas besoin de passer par une interface, par Windows, par le clavier… On lance la manette, ça lance limite le jeu. Donc ça reste la méthode d’accès au jeu la plus simple, en cas de déficience. Et du coup, ça ramène plein de solutions sur consoles. – Stéphane Laurent, Capgame