Preview : Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l’exclu de Sony

Après une présentation un rien morcelée qui remonte tout de même à mai 2018, nous avons pu à nouveau nous essayer durant près de 3 heures à la prochaine exclusivité Sony, Days Gone, dont la sortie est imminente. Alors que n’avions pu qu’entrevoir une partie de son gameplay, c’est cette fois-ci le début de l’aventure que nous avons pu éprouver.

Une narration dans les standards des AAA Sony

Les premières minutes de Days Gone posent immédiatement le contexte sans pour autant verser dans l’explication en détail. Une épidémie fait rage dans l’Oregon, et un motard, Deacon St John, choisit de laisser partir seule dans une unité médicale sa femme blessée dans l’incident, tout en lui promettant de la rejoindre en compagnie d’un ami peu de temps plus tard. Après une ellipse nous propulsant deux ans après l’évènement, nous retrouvons notre motard, accompagné d’un de ses amis dans les campagnes de l’Oregon.

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Pas de doutes, et comme c’est devenu le cas pour de nombreuses exclusivités Sony, une emphase particulière a été mise sur la narration et le travail sur les personnages. Sur ce point, Days Gone rassure et parvient à brosser des portraits de « bikers au grand coeur » sans pour autant verser de le plus flagrant des clichés. À l’aide de quelques flashback, les personnages prennent de l’épaisseur tandis que de petites cut-scenes interviennent (d’une manière parfois un peu maladroite) entre deux sessions de gameplay. S’il est encore un peu tôt pour juger la profondeur des enjeux développés par Days Gone, la plupart des protagonistes croisés au cours de notre session de jeu étaient crédibles et intéressants, plutôt bien ancrés dans ce que l’on peut attendre d’un « jeu de zombies » sans pour autant complètement basculer dans le déjà vu.

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Notez que la narration sera en quelque sorte morcelée entre différents arcs que vous pourrez consulter dans un menu dédié du jeu, vous indiquant entre autres sont taux de complétion. Libre à vous alors de choisir vers quelle histoire vous tourner en priorité afin d’en connaître les tenants et aboutissants. Sur le papier, le principe est alléchant en ce qu’il laisse la liberté au joueur de dicter son rythme sans disperser la narration. Cependant, notre temps de jeu a été trop cours pour pouvoir affirmer que le concept passe l’épreuve de la durée.

Entre survie, action et infiltration

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Mais, entre deux cut-scenes et déploiement d’intrigue, que peut-on y faire, dans ce Days Gone ? Comme nous avions déjà eu l’occasion de vous en faire part il y a un peu moins d’un an, côté gameplay, le travail accompli par Sony Bend Studio, sans être renversant d’originalité, reste très intuitif. Différentes roues vous permettent de naviguer entre les armes, mais également entre les différentes options de craft, car Days Gone, par son contexte, est axé en partie sur la survie. Au gré de vos explorations, vous pourrez fouiller divers bâtiments à la recherche d’une poignée de composants destinés à la confection de bandages, de médicaments ou encore de cocktails Molotov. Le menu consacré au craft se contente de ralentir le temps plutôt que de l’arrêter, Days Gone cherchant à placer le joueur en situation de danger permanent. En début de partie, Deacon nous a semblé plutôt vulnérable. Sa jauge d’endurance, qui lui permet de sprinter ou d’esquiver, fond comme neige au soleil, au même titre que sa santé lorsqu’il subit des chocs divers. Heureusement, si le corps à corps reste assez peu puissant avec l’arme de base (et parfois un peu brouillon dans les endroits les plus étriqués), les sensations avec les armes sont bien plus grisantes, notamment grâce à un sentiment de puissance renforcé par un très bon sound design.

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Les quelques zombies que nous avons croisés, baptisés ‘grouilleurs’ en l’occurrence, étaient particulièrement résistants même lorsqu’ils étaient en petits groupes de 3 ou 4 membres. Les créatures étant sensibles au bruit, il est recommandé de privilégier l’approche discrète pour effectuer des exécutions rapides. Nous saluerons au passage le travail d’animation réalisé sur les ennemis, qui adoptent des postures très animales et peu naturelles, offrant un petit peu de fraîcheur à ces adversaires que nous n’avons que trop croisés ces dernières années, au cinéma comme dans le jeu vidéo. La petite originalité, plutôt bien pensée ici, réside, dans ce que nous avons pu voir du moins, dans la présence de « Têtards ». Sorte d’enfants / adolescents infectés, ces derniers sont la plupart du temps inoffensifs et se regroupent sur les toits lorsque vous vous approchez d’eux. Cependant, s’ils perçoivent une faiblesse de votre part, entendez par là, si votre vie est faible, et ils lanceront l’assaut. Ainsi, le jeu vous invite naturellement à veiller à votre santé tout en surveillant en permanence votre environnement. Il arrivera également que vous soyez confronté à des hordes, vraiment impressionnantes, qu’il conviendra de contourner soigneusement, faute d’équipement approprié. En somme, les infectés de Days Gone sont réussis et constituent une menace de poids, même en mode de difficulté normal, puisque le jeu est désormais assorti de 3 modes allant du facile au difficile.

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Des bases solides qui devront se diversifier

Vos adversaires pourront également être humains, puisque plusieurs survivants, la plupart du temps regroupés en faction, peuplent les terres du jeu. Cela a été l’occasion de constater le gros travail qu’il reste à accomplir sur l’intelligence artificielle des adversaires, finalement très peu développée, même si nous avons des doutes quant à la propension des équipes à rectifier le tir un peu moins de deux mois de la sortie du jeu.

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Outre les quêtes principales, vous pourrez vous adonner à plusieurs activités dans le monde ouvert de Days Gone, même si nous n’en avons vu qu’une petite partie. La plupart du temps, cela se résumait à aller nettoyer un camp de ses occupants, ou encore incendier des nids d’infectés afin de rendre la zone plus sécurisée, un peu à l’image de ce que nous avons pu voir du côté de chez State of Decay, ce qui nous interroge sur la redondance des activités à long terme. Gageons que la diversité sera au rendez-vous. L’accomplissement des différents objectifs, scénarisés pour la plupart, vous octroiera une certaine quantité d’expérience, qui débloquera à terme des points de compétence à répartir dans un arbre de trois branches. Combat rapproché, à distance ou survie seront les trois axes que vous pourrez définir pour votre personnage, même si nous nous sommes vus assurer qu’il ne serait pas nécessaire de sacrifier une branche au profit d’une autre et que suffisamment de points de talent pour obtenir un avatar polyvalent seront distribués.

Days Gone : 3 heures de jeu pour un dernier aperçu de l'exclu de Sony

Pour naviguer d’un objectif à l’autre, vous pourrez traverser la campagne et les forêts sur votre moto, à la prise en main plutôt crédible et agréable. Votre bolide devra en tout cas être bichonné. Il faudra régulièrement le réapprovisionner en essence, mais également la réparer en cas de dommages trop importants. Si vous pourrez le faire contre quelques crédits chez un mécanicien résident dans un camp amical du jeu, la réparation sera aussi autorisée à la volée, en l’échange de quelques éléments de ferraille glanés dans les environs. Notez que de nombreuses customisations du véhicule seront au programme, qu’elles soient cosmétiques ou utilitaires même si nous n’avons pas eu l’occasion de les voir pour le moment. Reste à savoir maintenant si, une fois tous ces éléments combinés, l’expérience est suffisamment rythmée et captivante sur la durée.

Source : jeuxvideo.com