Les 20 jeux les plus chers de l’histoire

Des jeux vidéo, il y en a pour tous les goûts et à tous les prix. Depuis l’aube des années 2000, toute l’industrie – à l’exception de Nintendo – s’est lancée dans une course à la technologie qui semble inarrêtable. Plus haut, plus beau, plus fort, tel est le leitmotiv d’une industrie ambitieuse, d’où émergent des productions toujours plus impressionnantes sur le plan visuel et sonore. Ce n’est plus une surprise, les coûts de ces œuvres numériques ont rejoint depuis longtemps les investissements des grandes machines d’Hollywood. Découvrez notre classement des 20 jeux les plus chers de l’histoire.

Il est important de souligner que cette question de budget demeure, pour beaucoup de studios et d’éditeurs, une omerta. Par conséquent, prenez bien en compte que ce ne sont pas, pour la plupart, des chiffres officiels.

Liste :

20 – Metal Gear Solid V (80 millions de dollars)

19 – The Witcher III (81 millions de dollars)

18 – Tomb Raider (100 millions de dollars)

17 – Deadpool (100 millions de dollars)

16 – Battlefield 4 (100 millions de dollars)

15 – Disney Infinity (100 millions de dollars)

14 – APB : All Point Bulletin (100 millions de dollars)

13 – Grand Theft Auto IV (100 millions de dollars)

12 – Max Payne 3 (105 millions de dollars)

11 – Red Dead Redemption (110 millions de dollars)

10 – Halo 2 (120 millions de dollars)

9 – Dead Space 2 (120 millions de dollars)

8 – Shadow of the Tomb Raider (135 millions de dollars)

7 – Final Fantasy VII (145 millions de dollars)

6 – Star Wars : The Old Republic (200 millions de dollars)

5 – Star Citizen (223 millions de dollars)

4 – Call of Duty : Modern Warfare 2 (250 millions de dollars)

3 – Grand Theft Auto V (265 millions de dollars)

2 – Destiny (500 millions de dollars)

1 – Red Dead Redemption 2 (800 millions de dollars)

Note d’intention

Il est loin le temps où l’intégralité d’un jeu vidéo pouvait être réalisé par une seule personne ou une petite équipe. Dans les années 1990, quelques millions de dollars suffisaient pour créer le dernier blockbuster à la mode, si bien que l’investissement de départ était, généralement, bien plus faible que les recettes. Malgré des temps de développement qui s’allongeaient, les éditeurs pouvaient voir l’avenir d’un œil serein. Mais à l’orée des années 2000, la PlayStation 2 et son Emotion Engine ont changé la donne. Utilisée comme support de base par la majorité des studios (les conversions étaient ensuite faites sur Gamecube et Xbox), elle réclamait des compétences encore plus poussées ainsi que des développeurs plus nombreux. Parfois, pour le même jeu, il suffisait d’un programmeur sur Dreamcast alors que la machine de Sony en avait besoin de trois ou quatre. Avec les années, les créateurs ont appris à dompter sa puissance et des jeux inoubliables ont vu le jour, emportant avec eux toute une industrie lancée dans une course à la technique, ce qui poussera Nintendo à prendre le chemin inverse. L’aube du nouveau millénaire a été celle de la « fracture » avec de nombreux studios historiques qui ont disparu, des jeux toujours plus chers à produire et des staffs de plus en plus énormes. Un mal ? Un bien ? Libre à chacun de se faire sa propre opinion. L’émergence des jeux indépendants a apporté cette fraîcheur dont le jeu vidéo avait besoin mais les coûts restent, malgré tout, très élevés et il va être intéressant de voir ce que demain nous réserve.

Source : jeuxvideo.com